Recommander ce site | Ajouter au favori  

"Donnez-vous le meilleur pour vos droits citoyens, l'indifférence naît de l'ignorance, engagez-vous !"

 Autres rubriques
 

Mercredi 13 décembre 2017

NOIR : est l'antithèse du blanc. Couleur du deuil en Occident, le NOIR est à l'origine , le symbole de la fécondité, couleur des déesses de la fertilité et des vierges noires.     Les couleurs sont également présentes dans nos expressions : voir la vie en rose, rire jaune, etc... A l'heure actuelle, l'Homme peut voir sept couleurs, mais plus de sept cent teintes différentes. On dit que dans le futur, l'Homme pourra voir un spectre de 12 couleurs.     Les couleurs sont partout présentes autour de nous. En regardant par la fenêtre, je peux apercevoir le vert des feuilles, le bleu du ciel, le jaune du soleil, le rouge avec des points noirs de la coccinelle.     

Rechercher sur le site

Projecteur sur ...

Actualités

Politique, culture politique

Interviews, reportages

Droit - justice - démocratie

Economie, société

Sciences & technologies

Découverte

Nous contacter

 Qui sommes-nous ?
   
Lecture d'un article
Droit - justice - démocratie
CENTRAFRIQUE: POURQUOI TANT DE MEPRIS POUR UN PEUPLE?
Article consulté 1731 fois, publié Vendredi 1er mai 2015.
Source : Gordon Johnson - http://www.political-motion.com/
Imprimer | Envoyer à un ami | Diapo photos (0)
CENTRAFRIQUE: POURQUOI TANT DE MEPRIS POUR UN PEUPLE?
CENTRAFRIQUE : POURQUOI TANT DE MEPRIS ENVERS UN PEUPLE ?

A moins que ça soit un poisson d’avril centrafricain, un internaute nous informe que la radio Centrafricaine aurait annoncé une forte présence de l’armée tchadienne en Centrafrique. Des soldats qui auraient été convoyées dans 8 Véhicules en direction de Bangui et seraient même déjà à Bangui. Si cela était vrai ,quelques questions méritent d’être posées et permettre de voir avec quelle légèreté et mépris, on traite la question sécurité des populations dans ce pays et de voir combien les dépenses sécuritaires ne servent qu’à protéger une poignée de personnes et non un peuple ,comme depuis toujours avec les richesses d’un pays dans certain monde tiers dont les dirigeants refusent le développement pour des profits personnels honteux qui finalement ne font leur gloire pour longtemps et entretiennent stupidement le retard de leurs pays et fort malheureusement leur dépendance.
Il n’y a pas très longtemps, le monde entier était au fait des exactions de ces milices présidentielles du dictateur tchadien en Centrafrique, et a encore en mémoire les images de leurs barberies et de leur arrogance.

En mémoire leur parti pris pour la séléka et leur complicité dans les organisations des méfaits avec les mercenaires jihadistes tchadiens et soudanais.
L’encre de la presse étrangère ne s’est pas encore séchée sur leur horreurs, qu’ils rentrent en conquérants piétinant la mémoire douloureuse des centrafricains encore en deuil de leurs proches disparus de la façon la plus barbare que ce pays ait connu et dont beaucoup sont encore sans toit ni travail à travers toute la République Centrafricaine.
On voudrait comprendre, comme il est dit que, le petit peuple se fout éperdument de cette mascarade de recherche de réconciliation dictée de l’extérieur, tant les questions essentielles sont énormes et sans réponse pour les centrafricains et le resteront sans doute alors qu’ils ont droit à la vérité , par exemple identifier les commanditaires et financiers de cette descente en enfer de ce pays qu’on voudrait dissimuler par une mascarade de réconciliation hâtive sans base solide. Masquer le problème centrafricaine en une crise centrafricano-centrafricain qui est loin de n’être que cela.

On voudrait comprendre cette hantise de Réconciliation, mais de quelle réconciliation parle t-on quand personne ne répond de ses actes, ou qu’on ne sache d’où viennent les appuis et les motifs de ces barbaries gratuites et pillages qui continuent sous d’autres formes ,tant on entend encore dire que des jeunes manipulés pour semer des désordres dans certains quartiers à discréditer et pour ternir l’esprit de résistance ?

Plusieurs années sont passées, nous sommes à juger en 2015 l’un des derniers nazis en la personne de mr Oskar Groning, et cela pour « Complicité avec les Nazi ».
On parle de Réconciliation en Centrafrique, mais qui parlera de l’impunité et de justice de manière objective, c'est-à-dire, depuis les commanditaires aux simples complices, comme l’histoire européenne vient de démontrer de ce qu’un peuple victime d’une barbarie attend de la justice ? Mais en Centrafrique, quand on entend ou lit les uns et les autres, personne n’a l’humilité pour se remettre en question, on parle facilement de justice ou de l’impunité mais pour pour les autres, on se met au dehors. Il faut que tout ce monde retrouve une conscience noble et le sens de l’honneur et se remette et s’explique à la justice, s’ils ne sont impliqués de loin ni de près dans le chaos, la trahison d’ETAT, ils en sortiront la tête haute, c’est une histoire de conscience personnelle et surtout de probité , de sens de responsabilité, et de la défense des intérêts de son pays qu’exigent l’exercice de certaines fonctions dans la république . Se balader avec une mauvaise conscience, hais de l’intérieur et soutenus de l’extérieur ressemble à un sursis, pas à une vie paisible et la fin n’est pas toujours glorieuse, quel que soit le temps pris.

Maintenant, qui décide de quoi dans ce pays ? Une armée étrangère ne peut traverser un Etat voisin sans l’aval de ce dernier ? Il faudrait commencer à en finir avec ces habitudes qui autorisent tout et n’importe quoi et surtout à un Dictateur qui souvent manque de discernement.
8 véhicules, pourquoi tant de soldats tchadiens ? Pourquoi y faire ? Surtout pas après toutes leurs dérives connues dans ce pays, eux qui au même titre que les présumés coupables français ont manqué aux principes de l’armée dans le cadre d’une mission ? Ils pactisaient volontairement avec les ennemis d’un peuple auprès duquel ’ils avaient la mission de secourir et qu’ils tuaient et menaçaient même leurs collègues des contingents étrangers, burundais ou rwandais, et entravaient leur travail quand ils voulaient arrêter des criminels que, eux soldats tchadiens de la Minusca protégeaient alors qu’ils étaient là et payés pour le contraire.

Tient-on compte de l’opinion Centrafricaine, et particulièrement par rapport aux soldats-milices tchadiens du président Déby du Tchad ? L’opinion d’un peuple dont on abuse leur parlant de Démocratie et des élections à préparer ?

Alors que ce peuple cherche difficilement sa sérénité mise à mal par les mêmes qui entretiennent bassement le chaos à Bangui et ailleurs, on vient leur infliger à nouveau d’autre frustraction. Qu’en disent les centrafricains, surtout que certains renards ont les yeux tournés plus vers les perdiems à glaner par un forum onéreux pour du Bidon. Tant d’argent à jeter par la fenêtre, alors que les centrafricains vivent dans le dénuement total et se soigner dignement est un luxe. L’argent à se faire avec un forum et après si rien n’es résolu. Il faut s’ inspirer des autres et avancer dans le modernisme et non contribuer au maintien de son pays et peuple dans l’obscurité.

Un forum montrant déjà les limites des gens, mal préparé si on tient compte des bouches fines à propos de l’organisation, on en est à 4 ou 3 jours de l’ouverture, à encore négocier des choses ou à les peaufiner ? Même si le Dictateur voisin du Tchad devait assister à ce forum d’anarque, sa présence nécessiterait-elle 8 véhicules de soldats ? Obama n’en demanderait pas tant pour circuler à Bangui. Les sangaris, les casques bleus et les soldats africains ne suffisent-ils pas à protéger ce criminel continental ? Alors que ses gens ont crée, selon plusieurs sources, une forme de Beyrouth à Bangui où les centrafricains chrétiens ou centrafricains animistes ne s’y hasarderaient pas au risque d’être tués.

De qui se moque–t-on réellement? A peine qu’on lisait de l’onu que la sécurité s’installe à bangui, la notion de sécurité est subjective pour cette organisation car les occidentaux revenant de ce pays disent bien que les coups de feu rythment les journées et les nuits de cette capitale en perdition et qu’il était sage d’avoir des baskets car à tout moment on peut être amené à courir. Et que sous cette fausse propagande de tout le monde se dit bonjour, communique, appelle à la réconciliation, un moins rien les embrase, citant l’histoire ,en février-mars, de deux braqueurs musulmans pris à partie par les habitants du quartier visité et dont l’un des braqueurs aurait trouvé la mort, l’échappé ayant informé sa base au kilomètre 5 ,des centrafricains qui flânaient alentour ont été sauvagement égorgés, enfants, femmes, hommes, femmes enceintes éventrées sans qu’on ait entendu des autorités locales une condamnation ferme ou menace de poursuites à l’endroit des acteurs de telle barbarie. Tout cela reste au travers de la gorge d’un peuple et on va vite au besogne assénant le mot réconciliation.

Comme ces genres de forum où la forme est privilégiée au fond ; certainement il y aura des figurants pou l’effet d’apparence voulue, comme on a vu pour certains évènements , nourris, corrompus pour la circonstance. Ce sera du spectacle, folklore décalé De la réalité du vécu des centrafricains réellement concernés, discours mielleux rôdés, appris, mais ne perdons pas de vue, les vrais oubliés de l’histoire : les morts et les nombreuses vraies familles endeuillées et un pays qu’on piétine avec la complicité ou manque de courage et clairvoyance des siens.

Pour qui gouverne–t- on dans un pays ? Pour qui fait-on de la politique dans un pays ? La République Centrafricaine innove une nouvelle forme de gestion de l’Etat et de faire de la politique, c'est-à-dire, ni pour ,ni avec le Peuple.
Cela démontre encore une fois de plus que, l’Etat dans ce pays ne contrôle rien ou ne contrôle que ce qu’il veut ou ne contrôle que pour les gens de ses choix, car comment comprendre qu’un ministre dans ce pays a été condamné pour viol et que les autorités judiciaires en soient informées et non de ce qui se passe auprès des pauvres gens victimes des exactions ou de ceux qui végètent dans des camps. Si des services d’Etat fonctionnaient sans discrimination ,sans mépris pour des gens et visitaient les camps ou les gens en détresse ou faisaient le tour des quartiers, ils auraient pu savoir plus sur leurs peuples ,leurs problèmes et les aider dans ce cas à instruire des dossiers et ce sera le gouvernement centrafricain le premier à découvrir ces dérives, à savoir plus sur ces dérives des soldats français ou autres et à en informer les autres, que ça soit l’Onu ou la France et e monde et non à attendre les informations des autres aujourd’hui ,comme semble être leur ligne de défense ou plainte de n’être pas informé.
Tout se lit clairement que les autorités de ce pays ne contrôlent rien ou ne vont nullement vers les populations ,le vrai peuple et non des figurants, pour s’imprégner de leur vécu et ne le font encore moins vers des déplacés où les histoires sont nombreuses dont un camp dans le 4è arrondissement, un quartier pourtant multi ethnique selon certains observateurs, malgré ce qu’on veut faire croire, un quartier où les déplacés sont repérés ,abandonnés à eux-mêmes, une histoire de détournement de ce qui devrait leur être attribué, et depuis laissés sous des tentes de fortune sous un soleil d’aplomb ou de pluies dignes de zone tropicale, dans une condition sanitaire déplorable et pour se faire quelques Cfa déboissent la colline de Bangui, au su de tout le monde, devenant des vendeurs de bois de chauffe (assez grave !!! quand on parle écologie dans ce pays avec un ministère attribué !!!!) . Demain, quand leur colline sera dégarnie, le gouvernement centrafricain dira aussi qu’il n’était pas informé d’une telle activité, juste à sa portée, mise en place pour une survie ayant de conséquence écologique ?

Maintenant la France, les institutions en porte à faux avec leurs images commencent à accuser à gauche et à droite dans leurs médias à propagande, que les soldats français ne sont pas les seuls accusés, qu’ il y aurait aussi des soldats tchadiens ,encore eux ,etc…. . Selon certaines personnes avisées, cela emprunte la même procédure de la banalisation des séléka qu’ils avaient instituée dans le traitement du problème centrafricain, amenant à mettre les anti- balakas au même niveau que les séléka et réussissant la triste manipulation de certains voyous et drogués et certains proches des rebelles centrafricains de souche pour arriver à leur fin de destruction d’image dans certain quartier pointé de Bangui aujourd’hui .

Le problème n’est pas de dire que les soldats français ne sont pas les seuls à abuser des garçons et de filles de très bas âge en Centrafrique, mais l’armée d’un pays comme la France doit être exemplaire.

Si un gouvernement s’occupait réellement de la sécurité de sa population, de telle chose aurait pu être évitée, mais ça parait être le dernier des soucis, la disparité sécuritaire des quartiers dans la capitale, aux dires des observateurs neutres, donne une idée de comment sont traités les citadins dans une ville. En fait sans équité sur dès critères qui animent les acteurs.

Il y a un moment déjà ,une personne d’une Ong s’ouvrait sur ce sujet qui fait débat aujourd’hui à propos du site des déplacés de l’aéroport de Bangui sur RFI que tous ces politiques et gouvernants centrafricains y boivent leurs infos, d’après ce qui se dit, alors pourquoi depuis cette période, n’avaient-ils pas saisi au vol l’interview de cette personne et ouvert une enquête pou dire grossièrement aujourd’hui tout ignorer ou n’ être informé de rien ?

Quand un pouvoir se veut zombie, le peuple ne peut qu’être sacrifié.
(Traduction de Marie Franco)
Haut de page
 
CENTRAFRIQUE: POURQUOI TANT DE MEPRIS POUR UN PEUPLE?
AUDIT SOCIAL,OUTIL INDISPENSABLE D'UNE DEMARCHE QUALITE
Dimanche 19 mars 2017
CENTRAFRIQUE: POURQUOI TANT DE MEPRIS POUR UN PEUPLE?
C' EST BIEN LA CIA QUI A DECLENCHE L' ARRESTATION DE NELSON MANDELA
Lundi 16 mai 2016
CENTRAFRIQUE: POURQUOI TANT DE MEPRIS POUR UN PEUPLE?
L'OPPOSANT BIDA KOYAGBELE ACCUSE LA FRANCE D'ETRE RESPONSABLE DE LA CRISE CENTRAFRICAINE
Mercredi 07 octobre 2015
CENTRAFRIQUE: POURQUOI TANT DE MEPRIS POUR UN PEUPLE?
CENTRAFRIQUE=SI UNE INTERVENTION INTERNATIONALE SE FAISAIT AU NOM D'UN PEUPLE!
Mercredi 8 janvier 2014
CENTRAFRIQUE: POURQUOI TANT DE MEPRIS POUR UN PEUPLE?
COMMUNIQUE DE PRESSE DU PARC
Jeudi 26 décembre 2013
 

Copyright © 2006 political-motion.com, all rights reserved.